Retrouver et écouter son intuition

Il m’a fallu vivre un événement majeur dans ma vie pour me rendre compte que je ne suivais plus ma petite voix, mon intuition. À la suite de cet événement, je me sentais à la croisée des chemins et j’avais besoin de réponses. Je me suis mise à chercher ma petite voix pour m’aider. Je n’arrivais pas à la trouver…

Ayoye! Je me suis oubliée à ce point-là, moi! Je me suis rendue compte qu’au fil des années, et de la vie, je faisais les choses que je pensais que je devais faire dans la vie pour être heureuse, sans trop me questionner. Ça n’avait aucun sens. Lorsque j’ai fait ce méga constat, j’étais déroutée, perdue. Je me suis même sentie un peu vide. Qui étais-je? Je ne le savais plus.

Comment faire pour retrouver cette petite voix?

Au début, j’aurais voulu la retrouver vite cette petite voix. Tsé, comme : «Je la cherche… Ah, elle est là, c’est correct, je suis bien, on passe au prochain appel.» Mais non! Ça ne se fait pas comme ça. Ça prend du temps pour trouver des façons de reconnecter avec elle. J’avais quand même la certitude qu’elle avait déjà fait partie de ma vie. Elle était enfouie, mais elle était là. C’était un bon départ.

Après avoir réalisé que ça ne se ferait pas en claquant des doigts, j’ai commencé une introspection pour apprendre à me connaître de nouveau. Moi, Émilie, qui suis-je? Qu’est-ce que je veux? Comment je veux vivre? Qu’est-ce que j’aime? Pour ce faire, je me suis mise à l’écriture. C’est libérateur. Ça fait du bien. Des jours, je me faisais des listes de toutes choses, d’autres, j’écrivais sur des événements de ma journée ou sur un sentiment que je ressentais. Je me laissais aller.

Pour savoir ce que j’aime, je me suis donnée comme défi d’essayer plusieurs nouveaux sports ou activités. Je peux vous dire que ma dernière année a été bien diversifiée : de la calligraphie à la balle-molle en passant par le stand-up paddle. Parmi tout ce que j’ai essayé, je me suis rendue compte à quel point le yoga et le pilates me font du bien, tant pour le corps que l’esprit. Ces deux activités m’apportent du bonheur presque brut et lorsque je les pratique, je sens que je me rapproche de l’essence de la personne que je suis.  Disons que ce n’est pas rien!

J’ai aussi parallèlement arrêté de faire valider mes idées, opinions et décisions par les autres. Je n’ai pas honte à le dire, souvent, lorsque j’avais une décision à prendre, j’en parlais (beaucoup) à mon entourage (très élargi). Là, venaient leurs réponses, leurs opinions… Et moi, je m’appuyais sur ça pour prendre mes décisions. Je n’étais plus à l’écoute de moi. On peut discuter avec les personnes en qui on a confiance, c’est même bon d’échanger, d’extérioriser, mais il reste que nos décisions nous appartiennent. Elles ne doivent pas découler de ce que les autres pensent. Et ça, ça s’appelle aussi avoir confiance en soi!

Après quelque temps à réfléchir, je suis partie en voyage. Seule. Parce que j’avais ben de la misère justement à me détacher des autres et à travailler ma confiance en moi. Pour me retrouver moi, je sentais qu’il fallait que je m’isole. Je me suis inscrite à la retraite Fit Hippie au Nicaragua en novembre dernier. MA-LA-DE!!! J’allais là-bas avec une intention : me retrouver et reconnecter avec ma petite voix. Ce court séjour fut pour moi un moment déterminant dans mon cheminement. J’étais déconnectée de mon quotidien, de mes racines, de mon entourage. Ce qui comptait maintenant c’était moi. J’ai eu la chance de rencontrer des personnes enrichissantes qui m’ont faite réfléchir, et surtout je me suis offert du temps pour prendre soin de moi. Au cours du voyage, j’ai découvert la méditation et j’ai reçu un traitement de reiki. Ouf! Que d’émotions j’ai ressenties! J’ai réellement eu des révélations. Vous n’avez pas idée! Ces moments que j’ai vécus en connexion avec « mon-moi-le plus-profond » m’ont confirmé que j’avais une intuition, une petite voix qui était là et sur laquelle je pouvais compter. L’avant-dernière journée avant la fin de la retraite, je me suis réveillée avec un fort sentiment de bien-être. J’avais maintenant la certitude qu’elle était là cette petite voix. Disons que le matin, lors de notre échange quotidien en groupe, j’en avais beaucoup à partager!

Tout au long de ce cheminement, j’ai aussi été accompagnée par une psychologue. Une femme qui m’aide à avancer dans la vie, à réfléchir, à faire des constats et à trouver des solutions pour provoquer les changements nécessaires.

Ce que j’ai réalisé…

J’ai réalisé que par crainte de blesser des gens, de les décevoir, que ceux-ci arrêtent de m’aimer (what?!), je ne me suis pas toujours choisie. Ou encore, par peur de me tromper, de faire une erreur, j’ai laissé les autres prendre les risques à ma place et décider.

Maintenant, lorsque je dois prendre une décision, je me connecte à ce que je suis, moi. J’apprends, dans ce cheminement, qu’il faut arrêter de vivre pour les autres, car c’est ma vie et non la leur. Mais comme je sais aussi que la vie étant ce qu’elle est, il n’est pas toujours possible d’avoir une multitude de choix, il faut alors apprendre à faire des compromis, mais sans se perdre. Beau défi, hein?

Je ne peux pas vous dire à quel point j’ai été émue de retrouver ma petite voix. Je sais maintenant que je dois travailler pour la garder et ne surtout pas oublier de m’y référer.

Ce texte a été écrit par Émilie Rochette

Fit Hippie dans l’âme, Émilie est une heureuse assumée (presque la majorité du temps 😊). Elle tente de chercher l’équilibre dans sa vie grâce au yoga et au pilates et de se (re)connecter avec sa petite voix intérieure, parce qu’en cours de route, elle a eu l’impression de l’avoir égarée. Elle aime partager ses réflexions, découvertes et astuces. Ah oui, et aussi, elle est maman de deux petits cocos!

Inscrivez-vous à la liste d'attente!

Pour ne pas manquer les prochaines retraites Fit Hippie, entrez vos informations ci-dessous.

On n'envoie jamais de SPAM, promis promis.