Briser sa dépendance au café

Pour te mettre en contexte, j’ai commencé à boire du café au cégep, parce que c’était la mode de se prendre un café vanille française dans une pause. Même si dans le fond, je n’en avais pas vraiment besoin.

Ensuite, cette envie s’est transformée, en fin de session, en nécessité. Ça, c’est le moment où j’en avais besoin pour bien commencer ma journée, et surtout pour survivre à celle-ci. Ensuite, il y a eu le moment que j’en prenais aussi un vers dix-onze heure et un autre en après-midi. Et je me souviens bien que dans ces moments-là, je sentais que mon corps en avait besoin, vraiment. Mais éventuellement, l’habitude a pris le dessus sur le besoin de caféine. Bref, j’étais devenue une vraie accro!

Mon amour pour le café

C’est à ce moment que je me suis achetée une bonne cafetière pour avoir du bon café en me levant. Et là, mon amour du café a commencé. Fini les cafés pleins de sucre vanille française du Tim Hortons. Le café noir ou encore un bon cappuccino étaient devenus mes meilleurs alliés du matin, mais aussi un réconfort dans cette habitude.

Parce que c’est si réconfortant de boire un bon café en plein hiver quand il fait moins mille dehors, non? Et tout allait bien du moment que j’avais au moins mon café le matin.  Effectivement, ma priorité matinale était mon café et du moment où je n’en avais pas à portée de main, un mal de tête s’emparait de moi, et ce jusqu’au moment où j’avais enfin mon café.

Voyager avec cette dépendance

Et il y a eu le moment que j’ai décidé de voyager en Europe. « Allô le bon café! » Vous allez me dire! Mais à ma grande déception, les auberges jeunesse n’offraient pas de «bon» café comme j’en rêvais. Ça se comprend, considérant que ce sont des hébergements à petit budget, comme j’ai réalisé par la suite.  Mes matins étaient donc destinés à une course contre la montre afin de trouver un café convenable. Et à ce moment j’ai trouvé, ma dépendance un peu moins commode…

Faut dire que mon court séjour en Italie m’a permis de goûter au meilleur café du monde, et d’en abuser au maximum! Et je ne le savais pas à ce moment, mais c’était le dernier «bon» café que j’allais boire. Parce que quelques semaines plus tard je me retrouvais en Inde pour un Yoga Teacher Training d’une durée de 24 jours…

L’arrêt drastique

Et là, la nouvelle est tombée le lendemain matin, il n’y avait pas de café. Qu’est ce que j’allais faire pendant ces 24 jours où je me levais à six heures du matin, sans ma bonne dose de caféine matinale?

Après quelques minutes de réflexion personnelle, je me suis dit que c’était le moment idéal de faire me séparer de ma dépendance. Après tout j’étais en Inde pour grandir et de sortir de ma zone de confort et ce n’a été que le premier obstacle. Fini le café, et ce pour de bon!

Les effets du sevrage

Je te dirais que les dix premiers jours ont été très difficiles. J’étais fatiguée à force de me lever à tôt et à m’entraîner quatre heures par jour et c’était encore pire depuis que je n’avais plus accès au café.

Les maux de tête étaient intenses au début, surtout le matin. Mais ils se sont dissipés après un moment. Par contre, le pire symptôme de mon sevrage a été mes périodes de fatigue en après-midi, tu sais, au moment où j’avais l’habitude de prendre un bon café depuis des années… Éventuellement, ce symptôme aussi est disparu, au bout d’une dizaine de jours.

La liberté totale

Je me suis rendue compte j’étais «libre» du café quand j’ai choisi un smoothie vert dans un resto au lieu d’un café glacé et que ce choix n’a pas été difficile à faire, où il m’est venu naturellement. Et j’ai réalisé que la liberté ce n’est pas de faire ce que je veux quand je le veux, mais bien de ne pas dépendre de rien afin de vivre, caféine incluse.

De retour au Québec

Honnêtement, le retour a été plus difficile que ce que je l’espérais. En revenant dans ce froid tout ce que je voulais faire, c’était de boire un café, qui réchaufferait mes mains et mon coeur, dit la fille un peu nostalgique d’être revenue de 3 mois de voyage en sac à dos.

Aujourd’hui…

Aujourd’hui, revenue dans ma routine au Québec, j’ai tranquillement recommencé à boire un café ou deux par semaine. Mais avant de recommencer à en prendre un peu, il m’a fallu plus de deux mois sans une miette de caféine. Je suis fière de dire que j’ai le contrôle sur ma consommation de caféine, et non le contraire comme c’était le cas avant. Et je réalise que cette substance avait un gros impact négatif sur ma vie et mon corps.

Des trucs pour arrêter

Quand je vois que j’ai vraiment le goût d’un bon café, parce que j’adore le goût et non parce que j’ai mal dormi ou parce que j’ai besoin d’un petit boost de plus le matin, je change souvent d’idée pour un thé ou autre chose de chaud à boire. Comme un bon chaï latte ou quelque chose de tout aussi réconfortant.

Je sais que se résigner à une telle habitude de vie est difficile, mais tout le monde peut le faire, il te faut juste un peu de motivation. Et personnellement je crois aussi à un certain équilibre dans la vie. Moi je n’ai pas vraiment eu le choix d’arrêter. Ça l’a été un mal pour un bien.

Mais toi tu peux essayer d’y aller graduellement. De juste en prendre une journée sur deux pour commencer et de réduire ta consommation tranquillement. Et après un mois, la réduire un peu plus. Éventuellement, peut-être décideras-tu de ne plus en prendre. Mais en y allant graduellement, va arriver le jour où tu n’auras plus BESOIN de cette dose de caféine afin de bien démarrer ta journée!

Cet article a été écrit par Naomie Houle Bouchard

Passionnée de voyages et qui adore les simples petits plaisirs de la vie, à la recherche constant de nouveaux défis et de nouvelles places à découvrir. Naomie vit au jour le jour en ayant comme passions, en plus de voyager, la photographie, la restauration, le cirque, le yoga, et le monde de la communication. Elle adore mettre par écrit ses idées et elle ne pourrait pas avoir une vie de « bureau» typique. La preuve, en plus de gérer son blogue voyage, Passeport en cavale, elle gère aussi un restaurant aux Îles-de-la-Madeleine durant l’été.

Joignez l'infolettre du bonheur assumé!

Logo-transparent

Pour du contenu qui fait du bien et des primeurs 💖

On déteste le SPAM. Votre adresses est en sécurité avec nous!